Vidéo des 10 ans

En Ecosse non plus, on n’arrête pas de jouer…

Contrairement à leurs voisins du sud, les Ecossais ne font pas de Boxing Day mais profitent des vacances de fin d’année pour jouer toute la semaine. Ainsi, les deux géants de Glasgow jouaient le 24 décembre et presque tous les jours de la semaine suivante ont vu les équipes de la Ladbrokes Premiership s’affronter pour un final en apothéose le 31 décembre avec le fameux Old Firm à 12h15…

Oui, 12h15… D’ailleurs, j’aurai bien aimé être du côté de Glasgow le 31 au soir vers minuit pour voir la tronche de ceux qui ont commencé à se chauffer dès 10h du matin. Comme attendu, le Celtic l’a emporté mais c’était un peu plus compliqué que prévu pour les Bhoys à cause d’un bon début de match des Gers et de l’ouverture du score de l’inusable Kenny Miller. En fait, dans ce cas de figure, on devrait plutôt dire le très usé Kenny Miller… Quoique lors de cette rencontre, le natif d’Edimbourg aurait presque pu être l’homme du match si sa reprise ne s’était pas écrasée sur le poteau en fin de match. Mais, comme d’habitude, les boys in green l’ont emporté grâce à leur duo d’attaque Sinclair-Dembelé qui ferait même bonne figure face à des défenses de Premiership anglaise. Dembelé a ainsi marqué son 5e  goal de la saison face aux Rangers. Le score aurait pu/dû être largement plus large vu le nombre d’occasions et si le duo d’attaque du Celtic n’avait pas touché du bois à deux reprises… Si vous aimez les poteaux, revivez les highlights du match. Les Bhoys se retrouvent ainsi avec 19 points d’avance sur leur dauphin et meilleur ennemi avec, en plus, un match en retard. Qui a dit que le championnat suisse était le plus ennuyant ?

C’est celui de gauche qui nous intéresse…

L’autre grande info de ce match était une nouvelle fois la non-participation de Philou Senderos. Le Genevois ne sera certainement plus du côté d’Ibrox à la fin du mercato hivernal. On aurait vu son CV traîner du côté de Schaffhouse et de Wil…

D’Ibrox au Lipo ?

Cette période de fêtes, riche en matchs, a permis à Aberdeen de conforter sa place sur le podium entre autre grâce aux bonnes performances de son Rooney irlandais, Adam de prénom. On vous avait quitté fin novembre avec le dernier match de Robbie Neilson à la tête des Hearts et une victoire sur les Rangers. Et bien… On dira que son remplaçant fait un peu moins bien avec 1 victoire en 6 matchs et une équipe qui recule de la 2e à la 4e place du classement en 1 mois. A 30 ans, Ian Cathro dirige pour la première fois une équipe d’adultes, alors laissons-lui un peu de temps pour mettre ses idées en place et sécher un peu de derrière les oreilles. Adepte du « laptop football » très peu apprécié en Ecosse, Cathro a, heureusement, toute la confiance de la présidente Ann Budge qui, elle, a toute celle des fans. Donc wait and see du côté de Tynecastle.

Ian Cathro. Plus d’expérience à Football Manager qu’à la tête d’une équipe d’adultes…

Côté bas de classement, Inverness Caley Thistle est dans le dur à la dernière place. Fait rare dans le monde du foot pro, son entraîneur Richie Foran a avoué après le match du 31 décembre qu’il était désolé de décevoir les fans et ses dirigeants. Assez rare comme attitude, non ? Ça fait du bien de voir que cela peut encore exister même si le foot écossais ne représente malheureusement plus trop le le foot pro actuel…

Ce n’est pas Paul Le Guen qui nous contredira. Le 4 janvier dernier marquait les 10 ans du départ du coach français d’Ibrox où son mandat à la tête des Gers ne dura que 7 mois (soit le plus court de l’histoire du club). Arrivé avec ses grands souliers et l’envie de faire du Wenger, Le Guen pensa changer les mentalités à Glasgow. Mal lui en aura pris même si quelques idées ne sont pas à jeter comme celle d’interdire la vente de chips au centre d’entraînement. Au moins, ils n’avaient pas de roulotte à Fish & Chips, c’est déjà pas mal. Mais, sa méconnaissance du jeu écossais et des mœurs l’auront emmené au conflit avec les cadres du vestiaire tels Ferguson et Ricksen. Pas de tacle à la hauteur du genou aux entraînements, pas de picole dans l’avion qui part en stage de pré-saison, pas de fête de Noël entre joueurs (plus communément appelées « Les orgies de Newcastle ») et deux entraînements par jour. Cela en était trop pour Barry Ferguson et ses potes et le bon Polo donna son congé en laissant en cadeau ses recrues qui font encore cauchemarder les fans des Gers tels Lionel Letizi, Libor Sionko, Makthar N’Diaye (ex Yverdon !!!) ou encore Filip Sebo. Merci Paul ! C’était le #ThrowBack du jour…

Le sponsor maillot aurait pu lui mettre la puce à l’oreille

A part ça, Paul Hartley pense que l’équipe nationale écossaise a encore une chance de se qualifier pour la Coupe du Monde en Russie et Sami Khedira a annoncé que l’atmosphère d’Ibrox Stadium est la plus belle au monde. Citation que les médias écossais reprennent en 1e page ces jours. Quand on vous disait que le foot écossais n’allait pas bien, c’était pas une blague….

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

In Haris We Trust

Laisser un commentaire

Commentaires FB