Vidéo des 10 ans

Pour découvrir l’eau de Cologne, il ne faudra pas quitter la Seine trop tôt

Cologne et Paris accueilleront prochainement des migrants temporaires, équipés de crosses et de lames… Faut-il pour autant mettre femmes et enfants en sécurité?

Non, car il ne s’agit que de hockey sur glace. La relative vague de froid actuelle a au moins le mérite de nous laisser croire qu’il n’est pas totalement absurde d’organiser des championnats du monde de hockey en mai (un peu comme si on organisait chaque fois la Coupe du monde de foot en décembre…) Le tirage au sort a voulu que, pour nos Helvètes, un coup de TGV suffise, du moins dans l’attente d’un hypothétique embarquement dans un ICE.
Le tournoi fera quoi qu’il en soit le grand écart entre l’antre d’un des clubs les plus populaires d’Europe (les Kölner Haie et leurs 12’000 spectateurs de moyenne) et une ville dépourvue d’équipe de première division et de toute culture hockeyistique. En tous les cas, entre les besoins de Vigipirate et ceux des jeunes Allemandes désireuses de se protéger des tripotages de Nouvel An, les hockeyeurs pourraient faire don de leurs protections aux autorités hôtes une fois leur tournoi terminé.

Bercy…une grande polyvalence

Sportivement, comme à chaque printemps, « unsere Nati » nous propose toujours une équation à d’innombrables inconnues, entre blessés pour de vrai, blessés pour de faux, motivés pour de vrai et motivés pour de faux. Au moins, contrairement aux footeux, nos hockeyeurs jouent dans leurs clubs respectifs. Mais comme plus nos NHLers marquent de buts, plus ils prolongent leurs play-offs et moins ils ont de chances de rejoindre la Nati, on n’a comme d’habitude pas que du premier choix (ce qui est certes aussi le problème des autres équipes dépendant des ligues nord-américaines). Avoir Josi, Weber et Fiala qui s’éclatent à Nashville (malheureusement aussi le fémur pour ce dernier), c’est bien sympa mais ça laisse plus forcément grand monde pour allumer la lumière rouge à Paris.

Les Français Volants de Paris en 2014 (2e division)

Sur l’étiquette, le millésime 2017 n’est pas le plus prometteur. Et avec paradoxalement une préparation notamment faite de victoires contre la Russie et de deux confrontations équilibrées contre le Danemark, on n’est pas trop avancé dans notre jugement. Quand on se souvient qu’un seul des sept matches du dernier tournoi de la Nati a affiché plus d’un but d’écart, on saisit aisément que les détails auront leur importance… dès le début. Car pour rappel, l’entame de la campagne 2016 avait consisté en une mortifiante défaite contre le Kazakhstan, qui résonnait un peu comme une version glacée et glaçante du fameux naufrage de Bakou de 1996, sous la férule du peu fringant Fringer. Après un quasi-fiasco ponctué d’une 12e place, Fischer a pourtant été prolongé pour deux ans. On se demande alors ce qu’il aurait fallu pour qu’il ne le soit pas; une relégation ? un zéro pointé ? L’ancienne vedette inexpérimentée (tiens, comme Raphaël Wicky au FC Bâle !) a donc droit à un quitte ou double.
Au surlendemain du deuxième tour de la présidentielle française, sa troupe affrontera les Bleus (Marine ou Macron ?); mais contrairement à Emmanuel (l’Amiénois est-il d’ailleurs vraiment fan des Gothiques ?), Patrick serait lui déjà content de passer le premier tour. Les Tricolores font franchement moins rigoler depuis qu’ils ont quelques mercenaires dans la meilleure ligue du monde; déjà qu’avant cela, à la sueur de leur front (National?), ils refroidissaient régulièrement nos Helvètes lors des joutes mondiales… Pour pouvoir aller sentir les effluves d’eau de Cologne recouvrir l’odeur de transpi refroidie des vestiaires, il n’y aura quoi qu’il en soit guère de joker contre la Biélorussie, la Norvège, la Slovénie et les susmentionnés co-hôtes du tournoi. On espère qu’à Paris, le Moulin rouge et blanc tournera bien, mais que les souvenirs argentés de 2013 paraissent quand même lointains!

Mots-clefs :

Laisser un commentaire

Commentaires FB