Vidéo des 10 ans

Les jeux du cirque : Le kabaddi

Le kabaddi est un sport d’équipe du sous-continent indien, populaire dans toute l’Asie du Sud ainsi qu’en Asie du Sud-Est, au Japon et en Iran. L’Asian Kabaddi Championship est organisé tous les ans depuis 1980 et l’Inde en a toujours été le vainqueur. Le kabaddi est également joué aux Jeux asiatiques, et a été présenté en sport de démonstration en 1936, aux Jeux olympiques de Berlin.

D’accord, mais c’est quoi au fait, le kabaddi ? Eh bien, vous vous souvenez quand vous jouiez au loup dans la cour de recré ? Alors imaginez qu’un farfelu bidouille un peu les règles pour en faire un jeu d’équipe, et mette sur pied des championnats et une coupe du monde.

Le kabaddi oppose deux équipes de 12 joueurs, dont 7 sont sur le terrain en même temps. Un match dure 2 fois 20 minutes. Chaque équipe passe à tour de rôle en attaque en envoyant durant 30 secondes un joueur (le raider) dans le camp adverse. Il a pour mission de toucher un ou plusieurs adversaires et de revenir dans son camp sans être immobilisé auparavant. Ainsi la mission des défenseurs est de ne pas se faire toucher et de plaquer le raider pour qu’il ne puisse revenir dans son camp. Il y a tout un système de points, avec des joueurs éliminés, puis qui reviennent, des bonus, etc. À la fin du temps réglementaire, l’équipe qui a le plus de points est désignée vainqueur. En fait c’est presque comme une balle à deux camps, mais sans la balle.

Alors je ne comprends pas tout, mais là par exemple le gars en jaune, il est mal barré.

Le grand avantage du kabaddi c’est qu’il peut se jouer sans aucun matériel. Et ce n’est probablement pas par hasard s’il a été créé en Inde et est très populaire dans certains des pays les plus pauvres de la planète. Comme disait Coluche en parlant d’eux : « Les mômes s’amusent avec rien, ils ramassent un rat mort dans le caniveau et ils jouent à Davy Crocket ». Et effectivement, pour créer un sport complet avec les moyens qu’ils ont à disposition, à part sauter sur une mine et dans la foulée inventer les osselets, il ne restait guère qu’un jeu de type kabaddi.

Jusque-là, c’est donc assez simple : on a une quinzaine de grands garçons qui jouent au loup en se plaquant parmi, avec un système de comptage de points plus ou moins capillotracté. Mais dans le règlement il y a un point qui rappelle certains jeux de Perceval, dans leur variante des règles à l’Aquitaine…

De fait, le nom de « Kabaddi » vient d’un mot hindi signifiant « retenir son souffle », action inhérente au sport lui-même car le joueur qui attaque ne doit pas respirer. Bon, c’est tellement gros que je le mets en titre :

Le joueur qui attaque ne doit pas respirer

Ce qui signifie que l’attaquant, pendant toute la durée de son assaut, soit 30 secondes maximum, doit dire « Kabaddi » de manière continue, en principe sans reprendre sa respiration.

Voilà.

Je lis à quelques endroits que cette ancienne règle n’est plus vraiment appliquée et c’est bien dommage, parce que depuis l’époque où les crosses de hockey subaquatique devaient être fabriquées dans un matériau flottant, je n’avais rien lu d’aussi con. Et puis fixer des règles pour ne pas les appliquer, c’est vraiment le dindon qui se fout de la farce, pour reprendre une expression de mon beau-frère qui en invente trois par semaine. Parce qu’à ce compte, c’est un peu facile : imaginez que l’arbitre vienne faire une remontrance à Harald Schumacher en lui expliquant qu’il n’avait pas le droit de désosser Patrick Battiston en demi-finale de coupe du monde, et que celui-ci réponde « Oui mais moi je n’applique pas cette partie du règlement »…

On se quitte avec la finale de la Coupe du Monde de kabaddi de l’année dernière. Quand je l’ai regardée, je me suis dit que jamais je n’arriverai à trouver sur Youtube une deuxième vidéo aussi chiante.

Après maintes recherches, j’ai tout de même trouvé un truc encore plus barbant : deux heures de foehn et 13 499 237 vues au moment où je poste…

(Vous noterez au passage si vous regardez cette dernière vidéo via YouTube qu’elle a recueilli plus de 8’000 « Je n’aime pas ». C’est génial. Donc en gros y a un cinglé qui poste deux heures de film d’un sèche-cheveu en marche, il appelle ça « deux heures d’un sèche-cheveu en marche », et il y a des gens  qui regardent et qui n’aiment pas. Ils s’attendaient à voir quoi ?)

Après plus de mille matches du LS, un jour j'ai eu envie de voir du foot.

Mots-clefs :

Commentaires (6)

  • Avatar

    Big Red One

    |

    Je suis très ému par cet article, Martin. Je ne m’avance pas beaucoup en affirmant étant le seul lecteur de Carton Rouge à avoir vu un match de Kabbadi en live !

    Reply

  • Avatar

    Yves Martin

    |

    Cet article rend-il grâce à la spontanée beauté de ce sport ? Quand tu as assisté à ton match, est-ce qu’ils marmonnaient « Kabaddi » en phase d’attaque, pour respecter les règles ancestrales ?

    Reply

    • Avatar

      Big Red One

      |

      Martin, je suis dévasté. En effet, je viens d’apprendre que le Kabaddi ne serait pas au programme des 18th jeux asiatiques l’année prochaine à Jakarta. On ne comprend pas, la CIO devra rendre des comptes !

      Pour ce qui est de ton article, et malgré ton éloquence habituelle, il est difficile de mettre sur papier ce que l’on peut ressentir lors d’un match de Kabaddi. D’autant plus lorsqu’on assiste au must en la matière, une finale Inde-Pakistan ! L’ambiance était d’ailleurs telle, que je ne peux pas te garantir que les mots Kabaddi étaient vraiment articulés par « l’attaquant » pénétrant dans le camp adverse. Mais il me semblait tout de même qu’il bougeait les lèvres pour donner le change !

      Reply

      • Avatar

        Big Red One

        |

        Émotion à la 3 ! On me dit dans l’oreillette que le Kabaddi est bel et bien au programme des Jeux Asiatiques de l’année prochaine. Soulagement général !

        Reply

  • Avatar

    Mathias

    |

    C’est marrant! L’été dernier, au Sri Lanka, j’ai vu un match de Kabaddi à la télé et j’avais envoyé un message à un de mes collègues prof de sport pour qu’il essaie ce sport de merde en classe! Si ce sport m’avait laissé un quelconque souvenir, j’aurais pu te le proposer mais il faut dire que je m’étais bien fait chier à regarder ça…
    Même si un peu violente, magnifique la vanne des osselets!

    Reply

  • Avatar

    Coulej

    |

    Un article à couper l’souffle !

    Reply

Laisser un commentaire

Commentaires FB