Vidéo des 10 ans

En Ecosse non plus, on n’arrête pas de jouer…

Contrairement à leurs voisins du sud, les Ecossais ne font pas de Boxing Day mais profitent des vacances de fin d’année pour jouer toute la semaine. Ainsi, les deux géants de Glasgow jouaient le 24 décembre et presque tous les jours de la semaine suivante ont vu les équipes de la Ladbrokes Premiership s’affronter pour un final en apothéose le 31 décembre avec le fameux Old Firm à 12h15…

Oui, 12h15… D’ailleurs, j’aurai bien aimé être du côté de Glasgow le 31 au soir vers minuit pour voir la tronche de ceux qui ont commencé à se chauffer dès 10h du matin. Comme attendu, le Celtic l’a emporté mais c’était un peu plus compliqué que prévu pour les Bhoys à cause d’un bon début de match des Gers et de l’ouverture du score de l’inusable Kenny Miller. En fait, dans ce cas de figure, on devrait plutôt dire le très usé Kenny Miller… Quoique lors de cette rencontre, le natif d’Edimbourg aurait presque pu être l’homme du match si sa reprise ne s’était pas écrasée sur le poteau en fin de match. Mais, comme d’habitude, les boys in green l’ont emporté grâce à leur duo d’attaque Sinclair-Dembelé qui ferait même bonne figure face à des défenses de Premiership anglaise. Dembelé a ainsi marqué son 5e  goal de la saison face aux Rangers. Le score aurait pu/dû être largement plus large vu le nombre d’occasions et si le duo d’attaque du Celtic n’avait pas touché du bois à deux reprises… Si vous aimez les poteaux, revivez les highlights du match. Les Bhoys se retrouvent ainsi avec 19 points d’avance sur leur dauphin et meilleur ennemi avec, en plus, un match en retard. Qui a dit que le championnat suisse était le plus ennuyant ?

C’est celui de gauche qui nous intéresse…

L’autre grande info de ce match était une nouvelle fois la non-participation de Philou Senderos. Le Genevois ne sera certainement plus du côté d’Ibrox à la fin du mercato hivernal. On aurait vu son CV traîner du côté de Schaffhouse et de Wil…

D’Ibrox au Lipo ?

Cette période de fêtes, riche en matchs, a permis à Aberdeen de conforter sa place sur le podium entre autre grâce aux bonnes performances de son Rooney irlandais, Adam de prénom. On vous avait quitté fin novembre avec le dernier match de Robbie Neilson à la tête des Hearts et une victoire sur les Rangers. Et bien… On dira que son remplaçant fait un peu moins bien avec 1 victoire en 6 matchs et une équipe qui recule de la 2e à la 4e place du classement en 1 mois. A 30 ans, Ian Cathro dirige pour la première fois une équipe d’adultes, alors laissons-lui un peu de temps pour mettre ses idées en place et sécher un peu de derrière les oreilles. Adepte du « laptop football » très peu apprécié en Ecosse, Cathro a, heureusement, toute la confiance de la présidente Ann Budge qui, elle, a toute celle des fans. Donc wait and see du côté de Tynecastle.

Ian Cathro. Plus d’expérience à Football Manager qu’à la tête d’une équipe d’adultes…

Côté bas de classement, Inverness Caley Thistle est dans le dur à la dernière place. Fait rare dans le monde du foot pro, son entraîneur Richie Foran a avoué après le match du 31 décembre qu’il était désolé de décevoir les fans et ses dirigeants. Assez rare comme attitude, non ? Ça fait du bien de voir que cela peut encore exister même si le foot écossais ne représente malheureusement plus trop le le foot pro actuel…

Ce n’est pas Paul Le Guen qui nous contredira. Le 4 janvier dernier marquait les 10 ans du départ du coach français d’Ibrox où son mandat à la tête des Gers ne dura que 7 mois (soit le plus court de l’histoire du club). Arrivé avec ses grands souliers et l’envie de faire du Wenger, Le Guen pensa changer les mentalités à Glasgow. Mal lui en aura pris même si quelques idées ne sont pas à jeter comme celle d’interdire la vente de chips au centre d’entraînement. Au moins, ils n’avaient pas de roulotte à Fish & Chips, c’est déjà pas mal. Mais, sa méconnaissance du jeu écossais et des mœurs l’auront emmené au conflit avec les cadres du vestiaire tels Ferguson et Ricksen. Pas de tacle à la hauteur du genou aux entraînements, pas de picole dans l’avion qui part en stage de pré-saison, pas de fête de Noël entre joueurs (plus communément appelées « Les orgies de Newcastle ») et deux entraînements par jour. Cela en était trop pour Barry Ferguson et ses potes et le bon Polo donna son congé en laissant en cadeau ses recrues qui font encore cauchemarder les fans des Gers tels Lionel Letizi, Libor Sionko, Makthar N’Diaye (ex Yverdon !!!) ou encore Filip Sebo. Merci Paul ! C’était le #ThrowBack du jour…

Le sponsor maillot aurait pu lui mettre la puce à l’oreille

A part ça, Paul Hartley pense que l’équipe nationale écossaise a encore une chance de se qualifier pour la Coupe du Monde en Russie et Sami Khedira a annoncé que l’atmosphère d’Ibrox Stadium est la plus belle au monde. Citation que les médias écossais reprennent en 1e page ces jours. Quand on vous disait que le foot écossais n’allait pas bien, c’était pas une blague….

Mots-clefs : ,

In Haris We Trust
test

Enfin du foot !

La rubrique foot écossais a pour but de faire un petit pointage plus ou moins régulier sur l’état du football par là-bas. Mais, hasard du calendrier, Heart of Midlothian FC recevait les Glasgow Rangers mercredi dernier. L’occasion de vous faire (re)vivre ce choc du championnat depuis mon canapé… Ouais, malheureusement Carton-Rouge ne paie pas (encore) les déplacements…

C’était un peu soir de fête à la maison. En effet, Teleclub diffusait l’une des plus belles affiches du championnat écossais, Hearts-Rangers. Ce match avait lieu dans le mythique stade de Tynecastle magnifiquement blotti au milieu des habitations en briques rouge du quartier de Gorgie à Edimbourg. Là où ça sent le fish’n’chips trop gras, l’asiatique de très mauvaise qualité et le vieux pub ou plutôt le vieil habitué de pub… Ahhh, quel bel endroit !

Franchement, ça faisait plaisir car je n’avais plus revu de ce bon vieux football depuis l’été passé. Surtout qu’en plus d’offrir la 2e place à son vainqueur ce match coïncidait avec la dernière rencontre du coach des Hearts, Robbie Neilson s’en allant au MK Dons. Extrêmement performant et apprécié, l’ancien latéral droit des Jambos sera terriblement regretté du côté de Gorgie… Ce transfert en dit long sur l’état du foot écossais. En effet, quand le coach de l’une des trois meilleures équipes du pays lâche son club en cours de saison (alors en pleine course pour l’Europe) pour partir chez le 19e de League One anglaise (3e division), on peut se poser des questions sur la valeur du championnat. La réponse est simple : la pauvreté financière du football en Ecosse n’a d’égale que la faible technicité de ses défenseurs…

Senderos parfait sa maîtrise tactique en compagnie de l'entraîneur Warburton...

Arsenal, Milan, Everton et Valence ? Tu te fous de ma gueule !?

Mais passons au match. Celui-ci démarre par une minute de silence assourdissante comme seuls les Britishs savent les faire en l’honneur du « Chape ». Ensuite, première constatation, Philippe Senderos observe la partie depuis le banc (qu’il ne quittera pas). Plus vraiment apprécié à Ibrox depuis sa pitoyable performance lors du Old Firm, Philou a du mal à regagner sa place dans le 11 de départ d’autant plus qu’il revient de blessure. Vu le niveau de ses coéquipiers, il a encore toutes ses chances, croyez-moi.  Deuxième constatation, le gardien des Rangers joue en bleu, comme son équipe. Tout va bien… Troisième constatation, je comprends pourquoi j’ai passé 3 mois sans regarder un match. Le royaume de la semelle gratuite et du « mange mes coudes » est aussi celui de la passe en touche…

Robbie Muirhead a choisi le bon match pour inscrire ses deux premiers goals avec les Jambos

Robbie Muirhead a choisi le bon match pour inscrire ses deux premiers goals avec les Jambos.

Toutefois après 30 minutes la mayonnaise commence à prendre du côté du Heart of Midlothian grâce à Kitchen à mi-terrain. Le capitaine américain des Jambos ne restera pas longtemps en Ecosse malheureusement… Il suffira sûrement d’une offre de Tromsø ou de l’Apollon Limassol pour le faire quitter Tynecastle. Meilleurs techniquement, les Hearts peuvent également compter sur les très puissants Paterson et Johnsen pour faire mal (dans tous les sens du terme) aux joueurs de Glasgow et c’est donc logiquement que le « youngster » Muirhead ouvre le score d’un tacle rageur (comment voulez-vous qu’il en soit autrement ?) au deuxième poteau. Au retour des vestiaires, scène scabreuse : Les Rangers se voient annuler un but que Dodoo était en train de fêter pour une position de hors-jeu subtile (joueur gênant le gardien sur une frappe). Comme c’est souvent le cas, les Jam Tarts empilent le deuxième droit derrière grâce à Muirhead, encore une fois, sur un nouveau centre au deuxième poteau. Niveau marquage, on peut voir que Senderos a transmis sa science à ses coéquipiers… Ensuite, les Hearts gèrent tranquillement la fin de match et permettent à leur latéral marocain Rherras de se mettre en valeur en sauvant pour la 4e fois en 2 matchs seulement un ballon sur la ligne. Ses trois sauvetages du match précédent lui avaient valu de figurer dans l’équipe type de la ligue… au poste de gardien de but.

Perry Kitchen, l'Américain qui a fait boire le bouillon au milue des Rangers

Perry Kitchen, l’Américain qui a fait boire le bouillon au milieu des Rangers.

Pour ceux que cela intéresserait, les Hearts sont sur le point de nommer le très fameux Ian Cathro en tant que nouveau manager. Assistant de Nuno à Rio Ave et Valence puis de Benitez à Newcastle le natif de Dundee a 30 ans et aucune expérience de « head coach »… On se réjouit de voir ça ! Mais, on notera avec pas mal d’intérêt que Neilson avait le même profil à son arrivée à la tête du meilleur club d’Edimbourg.

A bientôt pour de nouvelles aventures écossaises.

PS : on cherche toujours des billets pour Ecosse-Angleterre…

Mots-clefs : ,

In Haris We Trust
test

Un peu de fraîcheur dans ce football aseptisé

Cela faisait longtemps que l’on ne vous avait pas parlé du football vrai sur Carton-rouge… Voilà notre erreur enfin réparée avec la réapparition de la Scottish Premiership sur votre site préféré. Avec du Joey Barton, Philippe Senderos, Oumar Kondé et Ann Budge dedans.

La Champions League a recommencé, les commentateurs de la RTS sont heureux de reprendre leur tour d’Europe des stades (Nou Camp, Bernabeu, Stamford Bridge, Allianz Arena, Nou Camp, Bernabeu, Vicente Calderon, Nou Camp, Bernabeu,…) et les footix du monde entier sont fiers de se gausser des exploits de leurs équipes de cœur que sont le Real ou le Barça. Loin de cette galaxie du football pour consommateurs asiatiques, il existe une autre réalité : la Scottish Premiership dont le meilleur ambassadeur n’est absolument pas représentatif du niveau de jeu moyen. Cela vous ferait-il penser à un championnat plus proche de chez nous ?

En effet, le Celtic Glasgow vient tout juste de réaliser une des plus belles performances de ces dernières années en tenant en échec 3-3 Manchester City au terme d’un match fou. Emmenés par les ultras remuants Moussa Dembelé et Scott Sinclair, les Bhoys ont déjà marqués plus de 30 goals cette saison. Les deux flèches débarquées cet été à Celtic Park s’amusent chaque week-end  à donner le tournis aux défenses écossaises. Il faut dire que celles-ci auraient fait passer Marco Zwyssig pour un athlète aussi explosif et agile que Simone Biles. La route est donc tout tracée pour le « ixième » titre du Celtic. Mais ne vous y trompez pas, la « Scotprem » revit cette année avec la récente promotion des Rangers, le retour des Hearts et la confirmation d’Aberdeen comme l’un des tous meilleurs clubs du pays. Il ne manque désormais plus qu’Hibernian pour retrouver les 6 clubs les plus populaires d’Ecosse (il faut, en effet, encore ajouter les Arabs de Dundee, on parle de popularité, pas de qualité…). Dans un championnat ou les autres équipes doivent attendre la venue du Old Firm pour accueillir plus de 5’000 personnes au stade, ces 6 équipes sont vitales croyez-moi…

Ho Hé, Dembelé !

Ho Hé, Dembelé !

Arrêtons-nous un peu sur les Hearts qui constituent actuellement le plus sérieux rival du Celtic (un peu comme le LS pour Bâle…). Ce club cher à votre rédacteur est de retour dans l’élite écossaise depuis 2015 après une descente en D2 pour cause de semi-faillite créée par un homme qui n’a rien à envier à Bulat Chagaev : le Lithuano-russe Vladimir « Mad Vlad » Romanov. Les Jambos ont très bien remonté la pente autant sur le terrain que dans les bureaux. En effet, le Heart of Midlothian FC a pu compter sur un énorme soutien de sa communauté de fans (affluence moyenne tournant autour de 16’000, stade régulièrement sold out) qui a soutenu financièrement le club au travers de la fondation « Foundation of Hearts » qui compte plus de 8’000 personnes payant de leur poche aider le club. Cette fondation a pour but de racheter le club sous forme de « fan ownership » dans les 5 prochaines années, le système des socios en gros. En attendant, c’est la sympathique Ann Budge (un genre de Gigi Oeri moins riche et plus discrète, en fait elle ressemble plutôt à ta grand-maman qui fait des bons gâteaux) qui dirige le club selon une sorte de mandat accordé par la fondation. Sous sa houlette, tout va pour le mieux à Tynecastle. Les Jambos se sont qualifiés pour l’Europe dès leur retour en 1e division, l’équipe compte bon nombre d’internationaux U21 (Nicholson, Souttar,…), A (Paterson, Hamilton,…) et peut s’appuyer sur des étrangers costauds comme les internationaux Kitchen (USA), Rherras (Maroc) ou encore Djoum (Cameroun). Mais quand on vous dit que tout va pour le mieux, il faut vite se calmer. Car en Europe, le football écossais découvre rapidement ses limites à l’image des sprinteuses helvètes lors de JO. C’est ainsi que l’équipe d’Edimbourg s’est lamentablement fait sortir par l’ogre maltais Birkirkara FC au 2e tour des qualifications pour l’Europa League. Les autres qualifiés écossais n’ont pas fait beaucoup mieux. Aberdeen s’est fait gicler par Maribor (d’une manière plutôt grotesque) et Hibernian (vainqueur de la coupe) par Broenby. Mais, vous en conviendrez, les Hearts peuvent se faire décerner la palme de l’élimination la plus ridicule. Une élimination que ne renierait pas un slalomeur de Swiss Ski.

Ann Budge. La grand-maman qu'on aimerait tous avoir, non?

Ann Budge. La grand-maman qu’on aimerait tous avoir, non?

Quoiqu’il en soit les Jambos et Aberdeen figurent comme les principaux adversaires du Celtic et ceci en dépit du retour des horribles Rangers. En effet, l’équipe de Warburton, malgré une campagne de transferts jugée prometteuse au nord du mur d’Adrien (Barton, Kranjcar, Hill, Gilks, Senderos…), n’arrive pas à se mettre au niveau des meilleures équipes et s’est même fait complètement éteindre au Celtic Park pour le retour du bon vieux Old Firm #SenderosLikesThis. Même si le foot écossais est faible, il reste nécessaire d’être en forme pour y jouer et force est de constater que les vieux Barton, Kranjcar et Senderos ne le sont pas. Tu ne passes pas du banc contre Vaduz à titulaire face au Celtic sans dégât… On notera que notre cher Kubiac rejoint ainsi la longue liste des défenseurs suisses ayant goûté aux joies de l’Ecosse : Vega, Henchoz, Kondé, Gonçalvès, Kovacevic et Micic. Petite info à Philou, rares sont ceux à y avoir laissé un bon souvenir… Pour ceux qui ne seraient pas encore au courant, Barton a réussi l’exploit de se faire virer de ce club géré par des fous. On en reparlera…

Dernière pige avant le retour à Servette?

Dernière pige avant le retour à Servette?

Voici donc une bien belle tartine pour le retour du foot écossais sur Cartonrouge. Je vais tenter de terminer là et de vous épargner les anecdotes sur Kilmarnock, Patrick Thistle et St. Johnstone. Quoique…  En parlant des Saints, on va quand même rendre hommage à l’un des hommes en forme de ce début de saison : Steve MacLean. A Perth depuis 2012, l’attaquant de 34 ans continue sur sa lancée de plus de 30 goals en 4 ans et permet ainsi à cette faible équipe de terminer dans les 6 premiers sans discontinuer depuis son arrivée. Un joueur écossais ultra-lambda qui a droit à sa ligne sur un site confidentiel lu par 13 attardés du foot en Suisse romande, c’est aussi ça le football vrai.

A bientôt pour de nouvelles aventures au pays de l’Irn-Bru, du mars frit et des gens sympathiques. Par la suite, on essaiera de vous parler un peu plus des beuveries de joueurs de foot qui dérapent.

 

Le retour du Old Firm. Toujours du bon goût du côté de Glasgow...

Le retour du Old Firm. Toujours du bon goût du côté de Glasgow…

C'est quand même pas de leur faute si les toilettes du stade sont en carton?

C’est quand même pas de leur faute si les toilettes du stade sont en carton?

Mots-clefs : ,

In Haris We Trust
test