Vidéo des 10 ans

Qualifs à la place des qualifs (journée 4)

54 équipes vont disputer 274 matches pour désigner les 13 qualifiées pour le prochain Mondial qui se déroulera dans la riante Russie, qualifiée d’office et qui échappe donc ainsi aux contrôles antidopage, à la grande satisfaction des ses sympathiques supporters.

Bilan après la dernière journée de 2016.

(Chaque match est résumé en 3 minutes sur le site de l’UEFA. Vous pouvez en profiter en vous inscrivant – gratuitement et en une minute – sur leur site. C’est ma banque de données au  moment de rédiger, et c’est bien pratique pour ne surtout pas avoir d’images des émeutes de Roumanie-Pologne).

a-classement-4 a-match-4

La France a gagné 18 de ses 23 derniers matches (mais ça n’empêche pas de ne se souvenir que du nul contre la Nati et de la défaite en finale, hein…) Elle se retrouve en tête après quatre matches, sans avoir encore rencontré le Luxembourg. Bénéficiant en plus d’un arbitrage « à la Bâloise » contre la Suède, avec un penalty non sifflé et un but validé sur hors-jeu, on ne voit pas très bien ce qui pourrait lui arriver, à part si Giroud se tirait une balle dans la tête et que toute la sélection était aspirée par le vide. Les Pays-Bas, en bleu à l’extérieur alors que le LS joue en orange, je te jure, ont battu leurs voisins luxembourgeois. La Bulgarie est comptablement encore dans la course, mais elle ne le doit qu’à ses deux victoires contre les petits.

Tendance : Derrière l’intouchable France, une Suède de gamins – après les départs de Ibrahimovic, Källström et Isaksson – se battra avec des Pays-Bas encore traumatisés de leur été. Le match décisif sera le match de clôture du groupe, Pays-Bas – Suède, le 10 octobre. D’ici-là, on pourrait bien se faire chier à cent sous l’heure dans ce groupe.

b-classement-4

b-match-4

Ne boudons pas notre plaisir, le classement parle au-delà des « oui mais » (Oui mais le match en Andorre… Oui mais quelle difficulté à concrétiser… Oui mais Stocker est teeeeeeeeeellement con…) Derrière, on ne peut s’empêcher de penser que le ‘Tougal n’a pas encore joué contre la Hongrie. Alors certes on ne va pas rattraper les 16 goals qu’ils ont plantés en 3 matches, mais qui sait s’ils ne peuvent pas égarer un petit point, le tout petit point qui ne nous condamnerait pas à l’exploit le 10 octobre, chez eux…

Tendance : Si la Nati gère ses matches contre plus faible qu’elle, ce qui n’est pas sa spécialité, elle sera en bonne position lors de la finale d’octobre 2017. Mais il reste quelques chausse-trapes, comme le match aux Féroé (franchement, il n’y a à peu près que le Portugal sur cette planète qui peut y planter 6 goals…) Il ne faut pas trop compter sur un coup de pouce des Hongrois, mais va savoir, les sondages ont tendance à se planter dernièrement.

c-classement-4

c-match-4

Toujours autant de suspense pour la première et pour la dernière place. Le mois dernier, j’avais conseillé aux joueurs de Saint-Marin de ne pas s’aligner devant l’Allemagne. Ils n’ont rien voulu savoir, en ont pris huit (aucun tir au but…) et Thomas Müller a déclenché une jolie polémique en remettant en cause l’utilité de ce type de matches, surtout quand les défenseurs cisaillent tout le match. Le porte-parole de Saint-Marin a répondu en dix points, dont un élégant « Cela a servi à confirmer que vous les Allemands, vous ne changerez jamais, alors que l’histoire vous a appris qu’agresser les autres n’était pas toujours garantie de victoire. » Il signe à Carton-Rouge quand il veut.

Sinon, Will Grigg’s on Fire a battu les Azéris, relançant la bataille pour la place de barragiste à laquelle la République tchèque espère toujours se mêler, au contraire d’une Norvège en phase terminale.

Tendance : Je modifie encore légèrement ma tendance du mois dernier. Les Allemands vont faire trente points, Saint-Marin zéro. Entre les deux, Tchèques, Azéris et Irlandais vont s’étriper pour la place de barragiste.

d-classement-4 d-match-4

L’avantage dans un groupe où il y a quatre prétendants (trois participants au dernier Euro – dont un demi-finaliste – et la Serbie, qui vaut mieux que sa dernière campagne de qualifications épouvantable), c’est qu’il y a au moins un choc à chaque journée. C’était doublement le cas cette fois. Premièrement avec la victoire de l’Irlande à l’extérieur contre l’Autriche d’Alaba (à mon époque on disait « l’Autriche de Toni Polster » et ça avait quand même une autre gueule…) Deuxièmement avec le nul arraché par la Serbie à Cardiff. A la 84ème le serial-buteur Bale touche le poteau, 40 secondes plus tard la Serbie égalise… C’est comme au foot. Prochain choc en mars : Eire-Pays de Galles. Putain, ça va chanter à l’Aviva Stadium de Dublin !

Tendance : L’Autriche est en passe de décrocher, mais elle joue la Moldavie en mars, ce qui devrait lui permettre de rester en vie. Les trois autres favoris se tirent la bourre, mais si ça se joue à la sympathie qu’inspirent les supporters, pas sûr que les copains d’Ivan « le Terrible » Bogdanov, l’espèce de gorille trisomique qui avait fait interrompre Italie-Serbie à Gênes en 2010, l’emportent devant les sympathiques alcooliques Gallois et Irlandais.

e-classement-4 e-match-4

Coup d’arrêt pour le Montenegro, qui menait 0-2 à la mi-temps chez la lanterne rouge arménienne, avant de se faire remonter et de prendre le 3-2 à la 93ème. Ça doit quand même être rageant de perdre en Arménie, l’un des pays qui a le moins d’ambitions footballistiques en Europe : songez qu’il y a deux ans ils étaient encore entraînés par Bernard Challandes. C’est d’autant plus rageant que les infâmes Polonais ont cartonné en Roumanie lors d’un match  qui a permis à l’UEFA de s’adonner à un grand exercice de négationnisme : allez voir les 3 minutes de résumé du match sur leur site, c’est fou comme on ne dirait pas qu’on a eu un match interrompu deux fois, des fumigènes sur le terrain, Lewandowski sonné par l’explosion d’un pétard tiré sur lui… Bref, les plombiers s’envolent. Il faut souhaiter très fort que tous les Z, les Y et les K disparaissent instantanément de leurs claviers, juste pour les emmerder.

lewandowski

Tendance : Le prochain match verra les Polonais se rendre à Podgorica. Si quelqu’un pouvait péter les genoux de Lewandowski à coups de batte sans faire exprès, je serais plus serein. Le Danemark jouera sa dernière carte à Bucarest (à huis-clos ?) Au passage, si vous croisez des dirigeants arméniens, vous pouvez leur dire que Victor Zvunka est libre.

f-classement-4 f-match-4

Rarement groupe n’aura été aussi désespéramment chiant à suivre. Il faut vraiment être supporter de l’Angleterre (Dieu m’en préserve) pour trouver un quelconque intérêt à suivre la qualification inévitable de l’équipe aux trois Lions, qui réussit l’exploit de ne même pas convaincre après quatre matches contre la Slovaquie, Malte, la Slovénie et l’Ecosse, et en attendant la Lituanie : que du lourd, vous en conviendrez. La victoire 3-0 contre les voisins écossais ne reflète d’ailleurs pas la physionomie d’un match dominé pendant une heure par des scottish maladroits, excusez le pléonasme. Coincée au 67ème rang du classement FIFA, entre le Bénin et la Guinée-Bissau, la sélection entraînée par le mythique Gordon Strachan n’en finit pas de couler. Pour la deuxième place, la simple idée de revoir le poète  Martin « Terminator » Škrtel en Russie me fait froid dans le dos, misons donc une pièce sur la Slovénie.

Tendance : Après une défaite surprise en Ecosse, Gareth Southgate devient le quatrième sélectionneur anglais à se faire virer en une année. Les dirigeants rappellent Capello pour un intérim de quatre matches, puis se décident pour Challandes, qui se profile comme étant le seul à la hauteur de leur réelles ambitions pour la campagne de Russie. Effectivement, ils finissent dernier de leur groupe avec trois défaites, terminant exactement là où on les attend.

g-classement-4 g-match-4

Quand tu te retrouves dans le groupe avec les deux monstres que sont l’Italie et l’Espagne, tu te bats pour quel objectif  exactement durant ta campagne de qualifications ? Ben on ne sait pas, mais les Albanais eux doivent savoir tant ils se sont lâchés contre Israël : Faute-Penalty-Expulsion à la 17ème,,, Puis Faute-Penalty-Expulsion à la 55ème… Je vous laisse imaginer l’ambiance délétère à Elbasan. Dans les deux autres matches, l’unique enjeu était de savoir si l’Italie allait profiter de son escapade à Vaduz pour refaire une partie de son retard au goal-average (+7 pour l’Italie contre +14 pour l’Espagne), retard qui – si tout se passe sans accroc – l’oblige à vaincre en Espagne en octobre 2017. Eh bien contre toute attente, menant 0-4 à la mi-temps, la Squadra a calé après la pause, ratant le coche. Pas sûr que le tout récent coach Ventura ait goûté à la plaisanterie.

Tendance : Sur le plan du foot, Israël jettera toutes ses forces dans la bataille lors de son prochain match en mars, en Espagne. Il faudrait au moins rejouer l’exploit de Paris 23 ans plus tard (souvenez-vous, quelle riée !). Sur le plan de la guerre des tranchées, il y aura un petit Macédoine-Albanie en septembre.

h-classement-4 h-match-4

La Belgique n’en finit pas de s’amuser dans ce groupe, avec plus de cinq goals par rencontre. En recevant la Grèce au prochain match, elle a l’occasion de plier définitivement le groupe, pour le plus grand plaisir de son entraîneur des gardiens entraîneur adjoint Thierry Henry. La Grèce a de son côté arraché le nul à l’ultime minute contre la Bosnie sur un missile que n’aurait pas renié Ivo Karlović au service. Les deux sélections restent donc en course pour la place de barragiste, parce que franchement, l’Estonie, Chypre et Gibraltar… Pour l’anecdote, Gibraltar a égalisé contre Chypre. J’imagine que ça sentait bon la panique chez les Chypriotes : personne n’a envie d’être la première équipe à perdre des plumes contre Gibraltar et ses 600 licenciés.

Tendance : Les Diables finissent avec un goal-average de +127 et débarquent en Russie avec le même melon qu’ils avaient déjà chopé cet été, en oubliant en complètement qu’ils n’ont joué que des petites nations durant deux ans. Ils en prennent 3 contre l’Australie lors de leur premier match.

i-classement-4

i-matches-4

La Croatie a battu l’Islande lors d’un énième match à huis-clos dû à la bêtise de ses supporters, ceux-là même qui avaient interrompu le match contre la République Tchèque avec leurs bagarres et leurs fumigènes durant l’Euro de cet été, souvenez-vous… Cette fois il leur était reproché des chants fascistes lors de rencontres amicales de ce printemps, ainsi que d’avoir dessiné une croix gammée sur la pelouse d’un précédent match contre l’Italie, qui se jouait également à huis-clos… Bref, on n’en sortira jamais. Leur équipe étant en tête, cette bande de joyeux drilles pourraient bien fraterniser avec leurs homologues russes en 2018, ça va faire une bonne concentration d’intellectuels au mètre carré. L’Ukraine, l’Islande et l’épouvantable Turquie sont toujours en course.

Tendance : Lors du prochain match, les supporters croates organisent un méchoui nationaliste à base de viande de fan ukrainien. La sélection est condamnée à jouer à huis-clos jusqu’aux qualifications du Mondial 2068. Fatih Terim ne comprend pas que la Croatie soit sanctionnée pour si peu et plaide pour une amende de 2 bitcoins avec sursis. L’Islande profite du merdier pour se qualifier et cherche un supporter un peu méchant pour se donner une contenance.

Mots-clefs : ,

Rétrolien depuis votre site.

Après plus de mille matches du LS, un jour j'ai eu envie de voir du foot.